Entre filles: Nouvelle Érotique Lesbienne, Interdit, Tabou, Première Fois, LGBT, entre femmes par Crystal Desanges

Entre filles: Nouvelle Érotique Lesbienne, Interdit, Tabou, Première Fois, LGBT, entre femmes par Crystal Desanges

Titre de livre: Entre filles: Nouvelle Érotique Lesbienne, Interdit, Tabou, Première Fois, LGBT, entre femmes

Auteur: Crystal Desanges

Broché: 16 pages

Date de sortie: September 24, 2018

Obtenez le livre Entre filles: Nouvelle Érotique Lesbienne, Interdit, Tabou, Première Fois, LGBT, entre femmes par Crystal Desanges au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

Télécharger PDF Lire En Ligne

Crystal Desanges avec Entre filles: Nouvelle Érotique Lesbienne, Interdit, Tabou, Première Fois, LGBT, entre femmes

Après avoir trouvé mon ex dans les bras (ou plutôt la bouche) de ma voisine, j’étais vraiment dégoutée du genre humain et mon trajet quotidien en train de banlieue glauque et nauséabond était bien le dernier endroit où je pensais trouver du réconfort… et encore moins avec une femme. Mais cet ange dégageait un tel charisme et était si belle que j’en avais perdu la tête et que j’étais accro à sa présence : de nouvelles envies naissaient au creux de mon estomac. Mais elle, que voulait-elle ? Comment lui montrer mon désir ?
Extraits:
C’était un matin comme un autre. De ceux qui se suivent et se ressemblent tellement. Un matin d’été suffocant, chargé d’une chaleur humide dès les premières heures de la journée. Un matin qui laissait présager une journée chaude, étouffante et interminable …
J’étais assise dans le train comme tous les jours avec ces centaines de visages anonymes que l’on ne regarde plus, le regard perdu vers la fenêtre, la tête dans mes pensées, attendant patiemment d’arriver à destination.
Il faisait déjà vraiment chaud et même vêtue légèrement d’une petite robe d’été, je sentais déjà ma peau coller à mes vêtements. De petites gouttelettes de sueur perlaient sur mon front et au dessus de mes lèvres.
Un après- midi de printemps, symbole pour certains de renouveau et de réveil des sens, vous rentrez plus tôt chez vous à cause d’une méchante migraine carabinée..
Les volets de votre appartement sont ouverts. Etrange, votre cher et tendre est censé être au travail lui aussi !
Vous grimpez péniblement au 3ème étage, anéantie que vous êtes par le marteau piqueur que vous avez à la place du cerveau, et ouvrez doucement la porte, tous les sens aux aguets..
Il y a du bruit. Votre chéri est là. Vous voyez son sac dans l’entrée. Vous posez doucement vos affaires et pensez à le rejoindre discrètement pour pourquoi ne pas lutter ensemble contre ce vilain mal de tête.
Très bonne idée à priori… Sauf que vous tombez nez à nez avec une scène que vous n’êtes pas prête d’oublier : votre charmante voisine, à genoux sur la moquette de la salle de bain, la tête toute occupée à faire des va et vient entre les très longues jambes de votre homme… adossé à la machine à laver.
Cette étrange impression que quelque chose de spécial allait arriver me sortit un peu de ma torpeur.
Je levai la tête, observai les autres voyageurs. Ils étaient tous occupés à leurs réseaux sociaux, leurs commérages entre copines, leurs problèmes personnels et autres réjouissances …rien de spécial donc.
Puis soudain, je croisai son regard : une jeune femme me regardait fixement, avec ses grands yeux charbonneux, et tellement d’insistance et d’intensité. Elle avait ce genre de façon de vous observer à la fois gênante, intimidante et en même temps extrêmement charmante.
Elle était vraiment belle : pulpeuse, des formes parfaites, le teint mat, les cheveux longs et noirs. L’air assuré et coquin et dotée d’un sourire désarmant.
Je l’observai de bas en haut, en catimini, détaillant son corps, et suivant du regard ses jolies courbes. J’étais tellement absorbée dans ma contemplation que je pouvais presque sentir le velouté de sa peau de pêche, la voir frissonner au moindre souffle d’air, imaginer son odeur, son goût même.....